Aller à la navigation  |  Aller au contenu

Virginie Barreteau

Portrait d’auteur : Virginie Barreteau

Son portrait

Virginie Barreteau est comédienne, auteur et metteur en scène. Formée au Conservatoire National de Région de Bordeaux puis à l’Atelier Volant au Théâtre de la Cité à Toulouse, elle joue sous la direction de Jacques Nichet, Jérôme Hankins, Richard Mitou…

En tant qu’auteur, elle écrit en 2002 Le Crachoir qu’elle met en scène à Gaillac. Puis La Geste des endormis (1er prix au Concours d’Écriture Dramatique de Guérande) qu’elle crée trois ans plus tard à Bordeaux pour le festival Prémisses en Scène. Elle travaille régulièrement en tant que comédienne et/ou assistante à la mise en scène avec la Cie Tire pas la Nappe (Marion Aubert et Marion Guerrero).

En 2006, elle fonde avec les comédiens Yves Arcaix et Sophie Merceron, le café littéraire L’Ogre à Plumes (Paris 11e).

Éditée chez Quartett, elle écrit une dizaine de pièces.

Elle crée Machine au Glob Théâtre à Bordeaux en décembre 2012, avec la Cie La Nageuse au Piano.

Ses textes publiés

Machine

C’est l’histoire d’un homme qui travaille tout le jour avec une machine et qui dort la nuit.

Jusqu’à ce qu’une nuit arrive l’autre. Commence alors une jolie histoire d’amour.

Mais l’homme ayant peu de mots, il appelle l’autre : Machine.

Machine va embellir la vie de l’homme et enrayer cet emploi du temps trop réglé.

Et c’est le début d’une drôle de tragédie.

Visiter le site de l’éditeur

Plage

« Une pièce. Somnolante et immobile, étendue dans un transat, la mère est là. Et sous l’écran bleu du ciel, son fils apparaît. Ressurgissent les souvenirs et les fantômes. Un petit anorak d’enfant, le père et le chien, et l’océan. Une image délavée et sans cesse revue, qu’aucune vie, aucun bruit, aucune attente ne devront plus venir troubler. »

Frédéric Maragnani.

Visiter le site de l’éditeur

Lire un extrait de la pièce

Hinterland

« Cinq vierges. Cinq adolescentes à voix pure. Cinq prénoms désincarnés. Cinq bêtes farouches. Sanglées par une surveillante à l’étrange sourire dont l’unique mission semble de les soustraire à tout contact extérieur. Leur quotidien est rythmé par le chant, l’entretien du jardin, les soins au petit agneau, les jeux qui structurent la morne quiétude de leur existence. Étudient-elles les textes sacrés ? On ne sait pas. Comme on ignore qui sont ces femmes. Pour quelles raisons vivent-elles ici ? Ont-elles librement choisi ce retrait du monde ? L’auteure ne le dit pas mais distille dès les premiers mots un petit poison inquiétant. Et puis un matin de chant, l’entrée en béatitude de l’une des jeunes filles rompt l’équilibre fragile de ce chœur de femmes : Madeleine, 15 ans, “débouchée” par le ciel, se vide de son sang. »

Extrait de la préface de Stéphanie Marchais

Visiter le site de l’éditeur

Lire un extrait de la pièce

La Centrale

« Une ville sans nom quelque part dans la grisaille. Une centrale désaffectée. Rien ne fonctionne plus dans cette ville. Ni les centrales, ni l’électricité, ni les rapports humains. Tout semble coupé. Même la parole. Il faudrait qu’un feu prenne pour changer tout ça. Un brasier. Un grand incendie… »

(Marion Aubert, Avant-propos à la pièce, Quartett, 2009.)

Visiter le site de l’éditeur

Lire un extrait de la pièce

La Geste des Endormis

Trois enfants derrière la fenêtre de la maison familiale regardent au dehors :

Hiver. Campagne.

En allant jouer et glaner, trois enfants s’éloignent de chez eux et se perdent.

Il neige. La nuit tombe.

Ils arrivent chez un boucher. Le boucher les tue et les conserve par le sel…

Visiter le site de l’éditeur

Le Crachoir

Un village planté dans les marais. Benjamin-Néon annonce dans son porte-voix, les fiançailles du Marié et de la Mariée. Pendant ce temps, les majorettes défilent et dansent. L'une d'elles, élue Reine-Merveille, sera mariée à son tour avec celui que la Sorcière aura vu dans le miroir.

Mais Sarah-Pas-d'Culotte, à peine élue, trouble Topaze tout juste arrivé dans le village avec sa Juliette... 

Les Mariés s'empêtrent dans leur désir naissant, alors qu'en fanfare, le village œuvre à leur union. 

Un peu plus loin dans les marais, Baette se dévoue à son père gras et malade.

Visiter le site de l’éditeur

Lire un extrait de la pièce

Pour citer ce document

, «Portrait d’auteur : Virginie Barreteau», Agôn [En ligne], Portraits, Virginie Barreteau, mis à jour le : 14/12/2012, URL : http://agon.ens-lyon.fr/index.php?id=2322.