Aller à la navigation  |  Aller au contenu

Dramaturgie des arts de la scène

Présentation du laboratoire Jr Agôn

La revue Agôn est liée au laboratoire junior de recherche du même nom « Agôn -  Dramaturgies des arts de la scène », créé en 2007 par des étudiants (c’est pour cela qu’il est dit « junior ») de l’ENS LSH et de l’Université Lyon 2.

Nous consacrons nos recherches aux pratiques de la dramaturgie dans les arts de la scène et travaillons sur le passage, les interactions et les reconfigurations que le dramaturge [1] induit et accompagne.

Dans un article de 1986, Bernard Dort, définissant la dramaturgie comme un « état d’esprit » plus ample que la seule pensée du passage du texte à la scène, s’interrogeait sur le caractère circonstanciel et éphémère d’une telle pratique : « le dramaturge est transitoire. Il n’est là que pour communiquer son souci aux autres. Une fois l’état d’esprit dramaturgique partagé par tous, le dramaturge sera superflu [2]  ». Or, aujourd’hui, la plupart des grandes scènes françaises comptent un dramaturge dans leur équipe, et l’on constate un regain d’intérêt pour cette pratique tant du côté artistique que pédagogique (formation à la dramaturgie à l’Université Paris X, au Théâtre National de Strasbourg, par exemple). Un débat sur la fonction et la nécessité du dramaturge a récemment été ouvert, à l’échelle européenne, lors d’une conférence organisée à l’initiative de H-T. Lehmann à l’Université J. W. Goethe à Francfort [3] . Le transitoire a donc perduré.

Le dramaturge est désormais engagé dans différents processus d’écriture scénique, qui ne font pas nécessairement du texte leur centre de gravité. À l’origine réflexion sur les structures du texte et ses représentations possibles, l’activité dramaturgique s’est élargie et déplacée. Le dramaturge est un passeur qui assure le lien entre les différents éléments de la représentation, mais aussi entre différents arts et différents acteurs. Dans le contexte de l’autonomisation et de l’émancipation des différents éléments de la représentation scénique par rapport au texte, le dramaturge a en charge de recomposer l’espace théâtral.

C’est la représentation théâtrale en tant que jeu entre des pratiques irréductibles l’une à l’autre et néanmoins conjuguées, en tant que moment où celles-ci s’affrontent et s’interrogent, en tant que combat mutuel dont le spectateur est, en fin de compte, le juge et l’enjeu, qu’il faut dès maintenant essayer de penser [4] .

 

Notre objectif est d’analyser la posture dramaturgique afin de théoriser sa pratique et les configurations propres à la scène : passages du texte à la scène ou de la scène au texte, passage de la répétition au spectacle, de l’expérience à la performance de l’interprète, du dramatique au post ou à l’infradramatique, de la réception au texte critique… Comment le dramaturge tisse-t-il les rapports de la scène et du monde ? Quelles sont les nouvelles alliances du texte et de la scène ? Quels jeux, dans le sens d’écart, de faille, ou dans celui d’interprétation et de mise en présence, relient scène du monde et scène théâtrale, chorégraphique ou circassienne ? Qu’est ce qui relève du dramaturgique dans ces différentes alliances et mises en jeu ?

 

Pour mener cette recherche, le laboratoire organise des rencontres avec des praticiens et spécialistes : notre première table ronde a lieu le 29 janvier 2008, autour du thème « Dramaturges et dramaturgie au théâtre », avec AF. Benhamou, G. Garutti, J. Danan, J-L Rivière et L. Six. Depuis, nous avons reçu des praticiens du monde de la danse, de l’opéra, du cirque et du théâtre d’objet, dont vous pouvez lire les témoignages dans la rubrique « Laboratoire de recherche » de la revue.

 

La revue Agôn reflète et prolonge les rencontres du laboratoire en créant un espace virtuel et collaboratif de réflexion sur les arts de la scène. Elle est pour le laboratoire un outil essentiel : dramaturgique de par ses rubriques et de par sa mission de rassemblement, de diffusion et de mise en relation (entre étudiants, chercheurs, praticiens et curieux, qu’ils soient issus du laboratoire, de la section Arts de l’ENS de Lyon ou d’autres institutions ou domaines d’activités). La spécificité, tant technologique qu’éditoriale, de la revue nous permet de rendre compte des modalités particulières de nos recherches au croisement de la théorie et des pratiques.

 

Marion Boudier

 

Membres fondateurs du laboratoire de recherche Agôn en 2007 :

·       Aude Astier (Études théâtrales, ENS LSH)

·       Marion Boudier (Études théâtrales, ENS LSH)

·       Alice Carré (Études théâtrales, ENS LSH)

·       Aurélie Coulon (Études théâtrales, ENS LSH)

·       Sylvain Diaz (Études théâtrales, Université Lumière – Lyon 2)

·       Nicolas Doutey (Lettres modernes, Paris IV)

·       Barbara Métais-Chastanier (Études théâtrales, ENS LSH)

·       Nélida Michaud (Espagnol, Université Lumière – Lyon 2)

·       Lise Lenne (Études théâtrales, ENS LSH)

·       Anthony Liebault (Études théâtrales, Université Lumière – Lyon 2)

·       Olivier Normand (Études théâtrales, ENS LSH)



[1] En français, le terme dramaturge désigne traditionnellement l’auteur ; nous l’utilisons ici dans son sens second, inspiré de l’allemand « Dramaturg », parfois traduit par conseiller artistique ou littéraire.

[2] Théâtre/Public, « Dramaturgie », 1986, n° 67, p. 8.

[3] « Europaische Dramaturgie im 21. Jahrhundert / European dramaturgy in the 21st century », 26-30 septembre 2007.

[4] Bernard Dort, « Le texte et la scène : pour une nouvelle alliance », Le Spectateur en dialogue, Paris, P.O.L., 1995, p. 274 [Encyclopedia Universalis, 1984].

Pour citer ce document

, «Présentation du laboratoire Jr Agôn», Agôn [En ligne], Enquêtes, Dramaturgie des arts de la scène, mis à jour le : 06/08/2015, URL : http://agon.ens-lyon.fr/index.php?id=3259.